Boiteries des bovins

Boiteries des bovins

Prendre soin des pieds
des vaches au quotidien !

Les objectifs du parage fonctionnel

 

Naturellement, il existe une dissymétrie plus ou moins marquée entre les deux onglons d’un même sabot. Certaines conditions d’élevage et pathologies podales aggravent ce phénomène. La dissymétrie des deux onglons s’accentue et la conséquence est l’augmentation de la charge sur l’onglon le plus développé. C’est ainsi que les risques d’apparition de lésions profondes et des boiteries s’accentuent.

Le parage fonctionnel a pour but de rétablir l’équilibre optimal des charges :

1/ dans l’onglon lui-même, en raccourcissant la muraille si elle est trop longue et en rectifiant la surface portante,

2/ entre les deux onglons voisins, en les taillant à la même hauteur.

 

AVANT

Parage fonctionnel

© Toussaint Raven

Différences de hauteur : onglon Interne > onglon externe.

APRES

Parage fonctionnel

© Toussaint Raven

2 onglons de même longueur et même hauteur pour une bonne répartition des charges.

 

En aucun cas, le parage ne doit fragiliser le pied; par exemple, en laissant une épaisseur de corne insuffisante au niveau de la sole (trop fine au point 2* notamment) ou une muraille trop mince à cause d’un excès de bordage (< à 5 mm).

*Le point 2 est une zone précise juste à côté de la ligne blanche quelques cm en arrière de la pince où la sole est la moins épaisse.

 

Le parage fonctionnel

 

Le parage fonctionnel est une technique précise qui nécessite dextérité et savoir-faire, donc un apprentissage sérieux. Etant donné l’importance du pied dans la bonne économie de l’exploitation, l’éleveur peut intervenir lui-même sur les pieds en première intention, mais une formation pratique est indispensable pour, a minima, savoir les limites à ne pas dépasser. L’éleveur doit savoir faire appel aux professionnels pour un cas isolé mais surtout pour faire pratiquer un parage systématique sur l’ensemble des animaux du troupeau ou mieux sur des lots justifiés d’animaux, lorsque les problèmes de boiterie de son élevage l’exigent. Le parage fonctionnel est l’une des mesures essentielles de la prévention des boiteries.

 Il se raisonne en fonction des parcours utilisés par les animaux et du type de stabulation. D’un animal à l’autre, les pieds sont différents et nécessitent un parage adapté. Le parage fonctionnel comprend six étapes cohérentes, à exécuter les unes à la suite des autres pour éviter un maximum d’erreurs, surtout quand on est novice ou qu’on ne pare pas régulièrement.

Pour aller plus loin, découvrez en détail les 6 étapes du parage

 

Résultat du parage fonctionnel

 

A la fin d’un parage fonctionnel correctement effectué : les 2 onglons sont à la même hauteur, les 2 surfaces portantes sont planes et perpendiculaires à l’axe du membre, l’angle entre la paroi et la sole est compris entre 45° et 50°.

Résultat du parage - parage fonctionnel

© Marc Delacroix

Parage fonctionnel terminé

Les 2 onglons sont à la même hauteur.
Les 2 surfaces portantes sont planes et perpendiculaires à l’axe du membre.

Un exemple : parage réalisé sur le pied postérieur droit.
En comparaison avec le postérieur gauche, le pied paré a été légèrement raccourci (longueur > à 8,5cm à l’origine), l’angle formé par la sole et la muraille a été agrandi (de 40° à 50°) grâce au respect de la hauteur en talon de l’onglon interne et à la suppression de l’épaisseur en pince après la coupe à la bonne longueur (2e étape du parage). De ce fait, le talon est plus haut et l’appui s’exerce un peu plus vers la pince.

© Jean Prodhomme

 

Pour obtenir un parage adéquat, il faut apprendre à bien placer ses mains et avoir les bons gestes. Pour se faire, il faut ajuster le tout par le regard. L’apprentissage du regard sur le pied est aussi important que l’apprentissage des gestes.
Sur la photo,  le regard porté sur le pied à partir du jarret permet de vérifier :

  1. la perpendicularité de la surface portante par rapport à l’axe du membre
  2. la différence de hauteur entre les onglons externes et internes du même pied
  3. le caractère plan de la surface portante.

 

En résumé, il faut constamment :

REGARDER, TATER, PARER. REGARDER, TATER, PARER

  • Regarder pour apprécier le travail à effectuer
  • Tâter pour être sûr de ne pas trop parer
  • Parer pour rétablir les bons aplombs

© Marc Delacroix

 

Les erreurs à éviter

 

Il faut enlever tout ce qu’il faut, mais juste ce qu’il faut, là où il faut.
Le défaut du pareur est de trop parer ! Surtout quand il utilise une meuleuse électrique.

Découvrir les erreurs à ne pas faire

 

Pour aller plus loin

Les 6 étapes du parage fonctionnel

 

Mise en oeuvre du parage sur les postérieurs

Il comprend six étapes cohérentes, à exécuter les unes à la suite des autres pour éviter un maximum d’erreurs

 

Etape 1 : Mesurer la longueur de l’onglon interne (8,5 cm)

 

Moins déformé en général, il sert de référence pour l’onglon externe. Cette mesure se prend sur l’arête dorsale de la muraille à partir du démarrage de la corne. Ce point se perçoit bien au doigt par une petite dépression à la jonction de la peau et de la corne. La bonne prise de cette mesure conditionne toute la suite du parage. Une fois cette mesure prise, le pareur « novice » étalonne sa main positionnée dans le creux axial et tenant l’onglon interne.

Mesure longueur onglon interne - technique

© Marc Delacroix

La longueur : 8,5 cm depuis le bord de la couronne, comme indiqué avec le doigt

 

Avec un peu de pratique, le pareur n’utilisera plus que sa main  pour cette mesure. Cependant, il faut étalonner le positionnement de sa propre main pour couper à la bonne longueur.

 

© Jean Prodhomme

© Jean Prodhomme

© Jean Prodhomme

 

Etape 2 : Couper l’onglon interne à la bonne longueur

 

La pince est tenue bien dans l’axe de la sole. La coupe est perpendiculaire à la sole.

Parage-Fonctionnel-étape-2_01-Jean-Prodhomme

© Jean Prodhomme

8,5 cm à partir de la couronne

Parage-Fonctionnel-étape-2_02-Jean-Prodhomme

© Jean Prodhomme

Coupe perpendiculaire


Cette coupe permet de visualiser l’épaisseur de corne à enlever en pince à l’étape 4 à condition que l’épaisseur de la sole le permette, notamment au point 2.
Voir les erreurs à éviter

 

Etape 3 : Couper l’onglon externe à la même longueur que l’onglon interne et selon les mêmes règles

 

© Jean Prodhomme

© Jean Prodhomme

 

L’épaisseur de corne à parer en pince lors de l’étape 5 est ainsi déterminée à condition que l’épaisseur de la sole le permette notamment au point 2 (voir les erreurs à éviter). Cependant, en présence de concavité cerclage ou de rotation de l’onglon, la prudence est encore plus de mise car la déformation de la muraille fausse ce repère.

 

Etape 4 : Aménager la surface portante de l’onglon interne

 

Cette étape est réalisée avec le couteau anglais. La surface portante doit être plane et perpendiculaire par rapport à l’axe du membre. La main qui tient l’onglon doit toujours être du côté opposé au tranchant du couteau, sous peine de blessures graves.

 

Trois points sont à respecter pour l’aménagement de la surface portante.

Le point 3 détermine la bonne hauteur en talon. Il se situe environ à un tiers de la longueur totale de la boite cornée en partant de la zone du talon. Dans de nombreux cas, il ne faut pas toucher au talon de l’onglon interne.

Le point 2 est une zone précise juste à côté de la ligne blanche quelques cm en arrière de la  pince où la sole est la moins épaisse. Il est nécessaire de vérifier continuellement par une pression ferme du pouce, que la sole ne devient pas dépressible à cet endroit; c’est la condition pour préserver une épaisseur suffisante de sole. Si c’est mou à la pression, c’est trop tard : trop de corne a été enlevée. Il faut arrêter de parer.

Le point 1 assure la stabilité latérale de l’onglon (plan perpendiculaire à l’axe du membre)

Ces 3 points déterminent le plan d’appui.
La muraille (corne la plus résistante) borde cette surface portante : elle doit être respectée du point 1 au point 3 et doit être suffisamment large (0,5cm minimum). Attention au bordage excessif trop courant quand on travaille à la meuleuse électrique, y compris pour la muraille interne qui nécessite d’être bordées très rarement.


Parage fonctionnel : repères

© Marc Delacroix

Les 3 points déterminent le plan d’appui qui descend jusqu’à la pince. Il doit être perpendiculaire à l’axe du membre.

Le point 1 pour la stabilité latérale ! le creux axial ne descend pas au-delà, la paroi (muraille) interne est préservée et concourt à la solidité du pied
Le point 2 pour l’épaisseur de la sole : il doit rester très ferme, jamais mou, à la pression forte du pouce
Le point 3 détermine la hauteur en talon : on ne pare pas au-delà vers le talon

 

© Jean Prodhomme

© Jean Prodhomme

© Marc Delacroix

Le contrôle du point 2, par une pression forte du pouce, doit être systématique et répétée

 

AVANT

© Jean Prodhomme

APRES

© Jean Prodhomme

 

Etape 5 : Aménager la surface portante de l’onglon externe selon les mêmes principes, en l’amenant à la hauteur de l’onglon interne

 

© Jean Prodhomme

© Jean Prodhomme

Sur la photo, l’aménagement est en cours : il reste de l’épaisseur de corne en pince.

 

Etape 6 : Parfaire le creux axial

 

Evaser la partie axiale des 2 soles de façon à éviter l’accumulation de débris dans l’espace interdigital et soulager cette partie de la sole où se développent les ulcères typiques de la sole. La muraille interne doit être respectée du point 1 à la pince. Elle contribue à la solidité du pied et à sa stabilité latérale.

R 09 Realisation de l’étape 6 le creux axial _ parage fonctionnel _ materielle-renette _ jean prohomme

© Jean Prodhomme

A prononcer plus vers le talon.

R 10 Realisation de l’étape 6 le creux axial _ parage fonctionnel _ materielle-renette _ Jean Prodhomme

© Jean Prodhomme

Garder retour de muraille de 3cm.

 

© Jean Prodhomme

© Jean Prodhomme

Le parage à la meuleuse électrique suit les mêmes règles. Il est conseillé de suivre les mêmes étapes, la meuleuse n’étant utilisée que pour dégrossir les surfaces portantes. La finition au couteau anglais est nécessaire pour achever précisément le parage et atteindre les zones inaccessibles avec la meuleuse.

 

Le parage des onglons antérieurs

 

La dissymétrie entre les onglons interne et externe des pieds antérieurs est peu marquée. Leur parage systématique est moins nécessaire.

Il se pratique de la même façon que pour les postérieurs en commençant par l’onglon externe qui, sur les antérieurs, sert de référence. Les onglons antéro-internes sont plus souvent lésés que les antéro-externes.

Auteurs : M. Delacroix, J. Prodhomme
Le matériel >